Press

Eudoxie

«

Danse au cœur de la bataille. Eudoxie est un spectacle joué in situ en mémoire des villages détruits lors de la Grande Guerre.

»

Léa Boschiero, L'Est Républicain, 21st June 2017

Animal Science

«

il suo corpo presta un duttile involucro animato da una portentosa e sconcertante energia interiore, ci appaiono ancora ben innestate nelle corde tematiche e stilistiche della poetica Butoh

»

Eugenia Casini Ropa, Teatri delle diversità, November 2014

«

Sayoko Onishi, coreografa, danzatrice e regista giapponese che conta prestigiosi riconoscimenti nel suo paese e nel mondo e che ci ha stupiti con la sua interpretazione della danza Butoh giapponese.

»

Eleonora Mari / ERBA magazine, 27th January 2017

Vu, revu & transformé

«

Danse, musique et vidéos brisent toutes les frontières 

[…] Soutenu par le Centre culturel français et l'Université de Palerme, le spectacle a l’avantage d'être réécrit par les artistes, dans sa dramaturgie vidéo-spatiale et rythmique, d'une manière différente par rapport à l’identité des lieux de représentation (il a tourné en France, en Allemagne et en Chine). Ils affirment ainsi que ces réajustements ont également créé une archive massive d’images, une mémoire visuelle et une inspiration à chaque nouvelle mise en scène.

À Palerme, tout a été pensé sur la base de l'impact produit sur l'ensemble du site des chantiers navals. Ce butô réalise la fusion entre la culture japonaise et les formes occidentales ultérieures, de sorte qu’il parvient à utiliser les traces laissées dans nos sites dans un dialogue avec l'évolution du temps présent, dans la mesure où les matériaux de base pour cette création, croisant l'art vidéo, la musique et le mouvement du corps, sont harmonisés grâce à une technologie qui se déconstruit et réécrit les attentes perceptives classiques. […]

»

Daelnia Cecchini, Giornale di Sicilia, 2nd March 2016

«

MA3 Move Art Three - Vu Revu & Transformé con Sayoko Onishi, Corpo danzante; Melting Pol, Immagini in movimento; Robert Toussaint, Messa in scena sonora.

La performance, organizzata dall'Istituto francese, dall'Università di Palermo con il Fondo Nazionale per la Cultura del Lussemburgo si è tenuto sabato scorso alla Bottega 3 – Cantieri Culturali alla Zisa.
Un piccolo spazio – suggestivo ma inadeguato – per uno spettacolo di respiro europeo rappresentato da Sayoko Onishi, danzatrice e coreografa giapponese, con l’apporto di Melting Pol, artista visuale del Lussemburgo e di Robert Toussaint, musicista francese, autore della messa in scena sonora. Nella performance, che costituisce un’evoluzione del percorso di questa artista da anni residente a Palermo dove ha divulgato il butoh, l’interazione con lo spazio si frammenta e si estende al suo doppio, reiterato nelle immagini in movimento alle pareti; il dialogo corporeo con la musica diventa un corpo a corpo con il musicista il quale arriva a lasciare l’esecuzione ad una loop-station per sconfinare nella danza. I tre linguaggi, corporeo, visivo e sonoro, seguendo un ritmo che dallo slow-motion arriva a punte di parossismo, compongono un frammento dello smarrimento contemporaneo che il butoh, come nessun’altra forma di teatro-danza, sa cogliere ed esprimere.

»

Rita Cirrincione, La Repubblica, 6th March 2016

Sayoko Onishi

«

The sensitivity of the Japanese interpreter. Subtle features, chiseled muscles, a rounded interpretation, wrapped in the white cloud of Butoh, and the bewitched face, with a great charisma.
The dancer searches the shadows, in an intimate work with a thousand facets, instinctual, sensual and esthetic.

»

Ermanno Romanelli, Danza & Danza, 28th December 2014

Kwaïdan

«

Corps-à-corps et accords. Le public, fort d'une soixantaine de personnes, présent samedi aux Soirs d’été au château ne s’attendait pas à marcher. Parti de la terrasse gravillonnée, il s’est pourtant exécuté de bonne grâce, suivant les notes graves et les soubresauts impulsés par Robert Toussaint, le musicien en marcel noir, à la contrebasse. Sans parvenir pour autant à rejoindre Sayoko Onishi : le visage figé, la danseuse avait fendu la foule, s'échappant en mouvements saccadés, jusqu’à ne devenir plus qu’un point rouge près des bassins proches du Champ de Mars. Pour mieux revenir sous les arbres des allées pour un premier corps-à-corps sensuel avec le musicien.
Sayoko et Robert se sont retrouvés pour d’autres portés magnifiques, dans la pelouse proche de la terrasse où les spectateurs se sont volontiers assis. Amour et désunion, vérité ou illusion, personnage vrai ou fantôme ? Avec Kwaïdan, le public tanguait obstinément entre le réel et l’irréel.

»

P. B., L’Est Républicain, 22nd July 2013

«

L'émotion prends corps. Kwaïdan naît de cette rencontre rare entre deux artistes charnels. […] Le duo MA2 (Move Art Two) invite le spectateur à vivre une expérience hors du commun. En se laissant porter par la puissance du butô, cette danse japonaise venue de l’intérieur, fondée dans les années 50 sur le vide créé par Hiroshima. En se laissant guider par la musique fantôme s’élevant d’une contrebasse. Étrange ? Merveilleusement étrange oui. Comme un monde dont les revenants ouvriraient soudain la porte aux vivants.

»

Valérie Susset, LeMag / L'Est Républicain, 18th September 2016